Sur le blog

Fier comme un paon : coudre soi-même ses premiers vêtements sur-mesure

Fier comme un paon : couture pour débutante de la robe La Twistante

J’ai découvert Fier comme un paon, un concept absolummmennnnt génial pour débuter en couture : on commande son vêtement sur-mesure, on reçoit le matériel nécessaire découpé et il n’y a plus qu’à suivre le tutoriel pour coudre son propre vêtement !

Ici je n’ai jamais parlé de couture. C’est tout simplement car j’ai arrêté d’utiliser ma machine à coudre il y a une quinzaine d’années. Et puis il y a eu le confinement !

Je ne sais pas si vous avez vu passer ces images sur les réseaux sociaux pendant ce confinement : les extravertis VS les introvertis. Je me suis bien marrée, on y voyait des dessins d’extravertis accrochés à leur fenêtre et des introvertis tranquillement posés devant leur ordinateur à jouer, dessiner, écrire… Même si je m’en doutais déjà, cela m’a clairement conforté dans l’idée que je fais partie de la deuxième catégorie. (J’ai regardé la définition parce que je me pose des questions sur tout : “une personne extravertie est tournée vers le monde extérieur”, “une personne introvertie est tourné vers son moi, son monde intérieur”).

Voilà, moi et moi-même, on se parle à longueur de journée, mon monde intérieur occupe beaucoup de mon temps. C’est d’ailleurs très fatiguant parfois. Et travailler chez moi, c’est mon quotidien. Bref, je m’égare totalement du sujet dont je veux vous parler aujourd’hui : ce confinement, en tant qu’introverti et multipotentielle a totalement réveillé mes envies de créer et de loisirs créatifs.

D’abord il y a eu tous ces tutoriels pour apprendre à coudre ses propres masques. Merci d’ailleurs à la formidable communauté Mask Attack qui a mis en contact des couturières, des fournisseurs et ceux qui avaient besoin de masques. Tout en fournissant des patrons gratuits pour réaliser des masques. Je n’ai pas eu l’occasion de coudre à grande échelle, ayant très peu de temps libre durant lequel je ne travaille pas, mais je me suis mise à en coudre pour mon usage personnel, ma famille et des amis. Ça faisait déjà pas mal de masques cette histoire. J’ai donc ressorti la machine à coudre et on s’est un peu engueulées au début. Oui, comme beaucoup de débutantes j’imagine, j’ai eu envie plusieurs fois de la jeter par la fenêtre. Mais en dessous de ma fenêtre il y a ma terrasse, ça aurait été idiot de casser ma machine et abîmer ma terrasse…

Bref, passé l’excitation de me remettre à la couture et coudre des masques pour tout le monde avec des vieilles chutes de tissus, j’en ai eu clairement marre de coudre des masques. J’avais donc envie d’essayer de me coudre des vêtements, mais je n’avais ni le matériel ni les compétences pour me lancer. C’est comme ça que je suis tombée sur Fier comme un Paon (ca y’est, on en vient enfin au vrai sujet de mon article !).

Fier comme un paon : du sur-mesure

Fier comme un paon c’est une petite équipe d’entrepreneurs qui semble basée en France. J’avoue que je trouve qu’il manque un peu d’informations sur l’équipe et leur localisation sur leur site internet, car je consomme au maximum Français, et j’aime bien connaître les entrepreneurs chez qui j’achète, c’est l’un de mes critères principal d’achat ! Comme je suis entrepreneuse, j’apprécie d’encourager des projets cohérents avec mes valeurs.

Sur leur site, on choisit un modèle de vêtement que l’on souhaite coudre. J’ai opté pour la robe la Twistante en twill Tencel, couleur jaune moutarde, version courte, manches courtes. À ce moment là je ne savais même pas ce qu’était le twill Tencel, ça vous donne une idée de mon niveau en couture ! On passe commande puis on reçoit un mail pour saisir toutes nos mensurations. J’en ai eu pour 60€ + 8€ de frais de port. Lors du passage de la commande, on peut demander à recevoir le patron version papier pour pouvoir coudre de nouveau notre pièce (et ça c’est vraiment top !). J’avoue que j’ai déjà repéré d’autres pièces qui me tentent bien.

Une fois la commande passée, Fier comme un paon découpe les pièces à nos mesures, il ne reste plus qu’à attendre de recevoir son colis. Ça a pris à peu près 3 semaines. Pendant ce temps là, je me suis entraînée à coudre tout et n’importe quoi sur des chutes de tissus restantes parce que j’avais un peu la pression de louper ma future robe.

Réception de la robe “La twistante” de Fier comme un Paon

Les pièces de tissus arrivent roulées dans un tube : on reçoit les pièces de tissu découpées, le patron papier pour refaire nous-même la robe, le fil adapté dans la bonne couleur, le thermocollant pour cette robe, et en bonus, j’ai trouvé ça super sympa (oui j’aime les cadeaux) j’ai reçu un petit coupon pour coudre un chouchou assorti. Bon je ne mets pas de chouchou, ça me rappelle les années 90 et c’est un peu l’angoisse pour moi, mais au final c’est plutôt la classe d’avoir un chouchou fait maison assorti à sa tenue.

Le tutoriel est quant à lui en ligne sur leur site internet. Et pour la robe twistante il y a aussi une vidéo qui montre le pas à pas. La matière twill tencel est super douce et agréable, et c’est bien un jaune moutarde que j’ai reçu (car la photo sur la fiche produit du site internet est plutôt jaune citron).

À ce moment là j’étais excitée comme pas possible : je vais coudre MA PROPRE ROBE hiiiiii ! J’avais déjà cousu une robe il y a 15 ans mais comment dire… À ce moment là mes goûts vestimentaires étaient assez particuliers, les patrons étaient moins variés et modernes qu’aujourd’hui, et même si j’étais allée au bout du projet, c’était heuuuuu… Moche quoi.

Puis je n’ai plus touché au colis. Mon perfectionnisme me paralysait. Quelle idée d’avoir commandé une robe à coudre sans savoir vraiment coudre.

Place à la couture

J’ai finalement décortiqué le tutoriel et je me suis lancée. J’imagine que pour les couturières, c’est d’une simplicité enfantine. Moi ça ne s’est pas vraiment passé comme ça. À chaque étape je suis allée sur Youtube chercher ce que veulent dire les termes et ce que je suis censée faire. Je restais des longues minutes à lire le tutoriel et regarder le tissu, à me gratter la tête et à me demander ce que j’étais censée faire. Dès le début ça a capoté, j’ai fait des tests de couture sur le carré de tissu de test mis à disposition, et mon fil faisait n’importe quoi. Là j’ai découvert les cours de couture en ligne Artesane, qui proposent un cours gratuit SOS machine à coudre. Celui-ci m’a permis de découvrir que je n’avais pas la bonne aiguille pour le tissu (MERCI ça m’a sauvé). Oui, quand on débute, on débute quoi !

Après ça, j’ai galéré sur les pinces poitrine. J’ai mis un long moment à comprendre d’où venait le hic dans ma tête : le dessin des pinces poitrine sur le tutoriel n’avait rien à voir avec la découpe de tissu que j’avais reçu… Mais comment je fais des pinces là ? Et là l’illumination : c’est sur-mesure et je n’ai pas de poitrine ahahahahah, donc les pinces sont limite là pour faire “joli”. Moment de solitude quand même sur mes mensurations à ce moment-là.

Pour la suite je m’en suis plutôt bien sortie. Il ne faut pas regarder les coutures de trop prêt à l’intérieur, surtout que je n’ai pas de surjeteuse pour de belles finitions. C’était le big bazar dans ma pièce : y’avait des aiguilles partout, des micros bout de tissu plein le sol, la table à repasser qui prenait toute la place. J’avais oublié pourquoi je faisais de moins en moins de couture : cela exige de lâcher prise sur le chaos environnant et tout ranger chaque soir quand on a pas d’atelier.

Par contre, le tutoriel est assez léger pour une débutante à mon goût. Il y a des trucs qui restent encore un mystère pour moi : je me retrouve avec des manches assez serrées alors que je ne pouvais pas faire plus large vu que les pièces étaient déjà découpées comme ça. J’ai aussi mis pas mal de temps à comprendre où je devais coudre les passants de la robe portefeuille (là mon manque de logique était clairement contre moi). Et enfin l’ourlet, est la partie où j’ai le plus transpiré. Sur le tutoriel il y a marqué “Marquer l’ourlet au fer” puis “Coudre au point droit”. Dans la vidéo ça semble d’une simplicité enfantine. Sauf que : l’ourlet est arrondi, et coudre un arrondi quand on débute bah c’est pas si naturel que ça. Donc rebelote : vidéos Youtube de couturières qui partagent généreusement leurs astuces.

Fier comme un paon : couture pour débutante de la robe La Twistante

Mais alors je dois dire qu’à la fin, quand j’ai enfilé ma robe terminée j’étais SUPER fière de moi. Je l’ai cousu en une semaine (oui c’est moi la super débutante) en m’y mettant 1h par ci par là après le boulot et durant le week-end. À la fin j’ai réalisé le chouchou cadeau en une dizaine de minutes.

Là j’ai compris que ce site avait trouvé un nom qui lui colle à la peau. Fier comme un paon, c’est tellement ça.

Si vous souhaitez vous mettre à la couture ou vous perfectionner, je vais tenter de résumer cet article :

Le + de Fier comme un paon :
-> Encourager les entrepreneurs français.
-> Réussir à coudre ses premiers vêtements quand on débute en couture et qu’on a envie de faire autre chose que des coussins et des rideaux.
-> Recevoir tout découpé, parce que quand on débute on ne sait pas forcément encore bien lire un patron.
-> Recevoir le bon tissu adapté pour le vêtement que l’on souhaite coudre, parce que quand on débute on n’y connait rien au tissu. Donc on se retrouve avec des pièces importables parce qu’on a choisi un coton bien épais pour réaliser un pantalon fluide, et on a l’impression d’avoir 15 kilos de plus au niveau des fesses.
-> C’est sur-mesure, donc quand on ne prend pas la même taille en haut et en bas comme pour moi, bah on galère à adapter les patrons. Là c’est déjà pensé rien que pour nous.
-> On peut demander à recevoir le patron papier de notre pièce sur-mesure pour coudre ce vêtement dans un autre tissu.

Les – de Fier comme un paon :
-> Si on est une couturière hyper avancée, je pense qu’on doit s’ennuyer un peu sans avoir à gérer le choix du tissu et la découpe.
-> Pour une couturière avancée, j’imagine que le prix lui reviendrait bien moins cher si elle fait tout toute seule. Mais bon, du coup le concept n’est pas pour elle.
-> Le tutoriel manque selon moi de détails pour une couturière débutante. Les étapes ne sont pas dans le même ordre sur le tutoriel pdf que sur le tutoriel vidéo. Je crois me souvenir que c’est à l’étape du passage du montage des manches que ça diffère. Sauf que quand on débute on a pas le recul nécessaire et là c’est le bazar dans notre tête. Donc si vous avez mon niveau, allez voir des tutos couture en parallèle pour comprendre ce que vous êtes censées faire.

Si je vous ai donné envie de tester le concept, racontez moi ce que ça a donné pour vous. Je précise que cet article n’est pas sponsorisé, j’ai juste adoré Fier comme un paon et je me suis dit que vous seriez certainement vous aussi super fières d’avoir réalisé vos propres vêtements !

Au moment où j’ai terminé ma robe, je venais de finaliser la nouvelle version de mon site internet avec ma nouvelle palette de couleurs jaune safran, camel et bleu. Je n’ai donc pas choisi ma robe par hasard. J’en ai profité pour prendre ma photo de page d’accueil avec ma robe, pile dans les bonnes couleurs. Et je dois dire qu’à chaque fois que je consulte ma page d’accueil je suis vraiment, vraiment, fier comme un paon !

Partager cet article :
Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur print
Conservez cet article en l'épinglant sur Pinterest :

Fier comme un paon : couture pour débutante de la robe La Twistante
D'autres histoires
Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *